Pour préparer le « jour d’après », tous les humains de bonne volonté cherchent à tirer des leçons de la crise liée au Covid-19. Mais chacun voit midi à sa porte !

Par exemple, le boom des circuits courts et du bio pendant le confinement fournit un argument à ceux qui prônent la montée en gamme de l’agriculture : les Français veulent du bio, du frais et du local. Sauf que les achats alimentaires en grandes surfaces ont aussi augmenté durant cette période, et il s’y est vendu davantage de Babybel que de fromages AOP. Les rayons les plus dévalisés ont été ceux de produits transformés : pâtes, conserves, jambon ou encore surgelés salés (+ 27 % de chiffre d’affaires, selon le cabinet Nielsen). La grande distribution reste, d’ailleurs, le premier lieu d’achat de produits bio, d’après l’Agence bio. Et au vu des files d’attente devant Burger King dès le début du déconfinement, les fast-foods restent appréciés !

Plus globalement, le débat a aussi été ravivé entre ceux qui érigent l’environnement en priorité, voyant dans la pandémie un signal d’alarme, et ceux qui relèguent l’écologie au second plan, au nom de la souveraineté alimentaire. Chacun a ses arguments…, parfois tirés de la même source. Ainsi, du rapport commandé par le gouvernement à la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), certains concluent qu’il n’y a aucun lien entre biodiversité et Covid-19 (1). Or, la même FRB est abondamment citée par ceux qui affirment l’inverse. Dans les faits, la trentaine d’experts mobilisés sur le sujet concluent bien à une « mise en évidence croissante de corrélations entre changements environnementaux globaux, perte de biodiversité […] et émergence, ou augmentation, de la prévalence de maladies infectieuses. » La FRB indique qu’« il n’y a pas de dissensus » à ce sujet. Elle note aussi « un fort consensus en faveur d’un lien entre déforestation et multiplication des zoonoses en Asie, Afrique et Amérique du Sud ». Mais elle écrit, effectivement, que le « cas particulier du Covid-19 » n’est pas documenté « à ce jour » (2).

Las ! Si chacun ne retient de la crise que les éléments qui justifient ses idées préconçues, le fameux « jour d’après » ressemblera beaucoup au jour d’avant…

(1) Lire La France agricole du 12 juin, p.13. (2) Les fiches de synthèse sont consultables sur www.fondationbiodiversite.fr/actualite/covid-19-et-biodiversite-mobilisation-de-la-frb-par-les-pouvoirs-publics-francais-sur-les-liens-entre-covid-19-et-biodiversite/

par Bérengère Lafeuille