À l’occasion de son congrès, organisé à Orléans le 9 septembre dernier, Elvea France (1)  est revenue sur l’avancée d’ELVEAOP, la première association d’organisations de producteurs (AOP) en filière bovine.

Dans un contexte de « valorisation insuffisante », en animaux gras comme maigres, « cet outil majeur complémentaire vise à structurer la mise en marché et à obtenir une meilleure valorisation pour une plus large part des animaux commercialisés », rapporte Gilbert Delmond, vice-président d’Elvea France. « Je ressens une réelle envie des organisations membres d’avancer sur ce sujet », se réjouit Philippe Auger, son président. À ce jour, vingt-quatre OP sur trente et une ont pris part au projet. Chacune d’entre elles met à disposition 30 à 40 % de leurs volumes de production à l’AOP. « Je ne dis pas que la totalité des effectifs sera contractualisée, mais la réserve de ces effectifs offre une base de négociation forte pour peser face aux acheteurs », ajoute-t-il. Parmi les prochaines grandes étapes, Philippe Auger espère présenter aux différents acteurs de la filière les accords-cadres élaborés pour chaque déclinaison raciale des labels, dès le premier trimestre 2022.

Lucie Pouchard

(1) Section de la Fédération nationale bovine.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

L’offre suffit à satisfaire la demande

Le commerce des bovins de boucherie reste fidèle à celui d’un début de juillet. La demande des abattoirs reste modeste dans l’attente du démarrage de la saison estivale.