«Nous en sommes encore au stade de la méthode, mais j’espère bien pouvoir vous présenter en 2019 les chiffres de l’industrie laitière », a annoncé Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM), lors de la publication de son rapport, le 19 juin .

Indicateurs de prix

Y parviendra-t-il ? « Même avec l’entière coopération des industriels, l’exercice est très compliqué », concède l’économiste.

Un succès en la matière serait une grande avancée et un gage de crédibilité pour l’OFPM, au centre des attentions depuis les Etats généraux de l’alimentation.

Pour améliorer la collecte des données, le ministre de l’Agriculture a confirmé le renforcement de ses moyens. Mais seront-ils suffisants ? Car l’Observatoire pourrait bien se voir enrichi de nouvelles et ambitieuses missions dès l’an prochain. Le projet de loi sur les relations commerciales, examiné cette semaine au Sénat, prévoit en effet de lui confier l’élaboration des indicateurs de prix, en suppléance des interprofessions. Une mesure imposée par les députés contre l’avis du gouvernement, qui préférerait limiter l’outil à un simple rôle d’accompagnateur technique… Si l’OFPM muscle son jeu son champ d’action fait toujours débat.

Alain Cardinaux