«Je ne vois pas de rupture majeure. Nous observons une certaine augmentation des prix, mais c’est trop tôt pour regarder l’arbitrage entre la marge brute des industriels et la marge brute de la grande distribution. D’autant plus qu’elles subissent des variations assez fortes en général », analyse Philippe Chalmin, président de l’observatoire de la formation des prix et des marges.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
45%

Vous avez parcouru 45% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !