Face aux difficultés de trésorerie des éleveurs de bovins allaitants, la Fédération nationale bovine (FNB) demande au gouvernement l’interdiction « d’acheter un produit agricole à un prix ne couvrant pas le coût de production de référence du vendeur », dans un communiqué le 15 février.

Couvrir les coûts de production

« Les interprofessions devront définir et diffuser ces coûts de production de référence pour chaque catégorie de produits », explique le syndicat, précisant que cette mesure devra s’appliquer à « l’ensemble des acteurs de la filière, y compris aux coopératives. »

Afin d’obtenir la bonne application de la loi EGalim, la FNB entend « aller plus loin » que le renforcement des contrôles promis par le ministre de l’Agriculture. « Nous allons saisir les pouvoirs publics de ces propositions, qui sont les seules à même d’éviter la disparition, à court terme, de notre secteur », rapporte Bruno Dufayet, son président.

Lucie Pouchard

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Hausse inattendue dans les laitières

En femelles allaitantes, les cours sont reconduits. Du côté des réformes laitières, l’offre de la semaine se montre insuffisante pour satisfaire la demande, ce qui oblige les industriels à accorder quelques plus-values dans les bonnes vaches prim’holsteins, normandes et montbéliardes. Cette position inédite à cette saison reflète un marché en tension au niveau de l’offre, face à une demande soutenue en production laitière. En jeunes bovins, les besoins sur le marché intérieur comme à l’exportation restent soutenus.