Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un plan d’actions avant le printemps 2021

réservé aux abonnés

 - -->
Olivier Damaisin (à droite) a remis son rapport au Premier ministre Jean Castex le 1 © R. Aries

Pour mieux accompagner les agriculteurs en difficultés, le député Olivier Damaisin préconise en priorité le déploiement
de cellules départementales référentes.

Aucun rapport interministériel sur la prévention du suicide en agriculture n’avait jusqu’ici été commandé par un Premier ministre. Encore moins sur l’impulsion d’un président de la République.

Démarche inédite

Le lancement début février d’une mission sénatoriale sur le même thème, confiée au parlementaire Henri Cabanel (RDSE), a sans nul doute contribué à cette soudaine attention gouvernementale. Mais sa survenue tient en premier lieu à un emballement sociétal, puis politique, sans précédent autour du film Au nom de la terre (2019), réalisé par le Poitevin Édouard Bergeon. Aussi, le rapport du député LREM Olivier Damaisin, missionné le 10 mars par le gouvernement, était-il pour le moins très attendu.

Sur un sujet aussi complexe, l’ancien chef d’entreprise du Lot-et-Garonne a opté pour « une amélioration pragmatique de l’existant », a-t-il expliqué le 1er décembre à Jean Castex lors de la remise de son rapport. Et de préconiser ainsi, en priorité, la mise en place de cellules départementales dédiées, placées sous l’égide d’un référent. Ce dispositif doit mettre fin à la disparité de prises en charge, estime-t-il, et découler sur une meilleure coordination des acteurs en place. Il doit aussi faciliter l’intégration de nouveaux partenaires, tels les vétérinaires libéraux, « bien placés pour observer l’état de santé des troupeaux », et donc bien souvent des éleveurs.

Un focus sur
le remplacement

Olivier Damaisin propose également d’améliorer le soutien administratif aux agriculteurs en souffrance, et de créer des dispositifs de portage foncier pour leur permettre « de continuer à travailler les terres qu’ils ont dû parfois se résoudre à vendre ». Il plaide par ailleurs pour le maintien de l’aide au répit, mise en place par la MSA, qui vise à remplacer les agriculteurs en situation d’épuisement. Et il estime nécessaire de réviser les conditions de financement du service de remplacement, en réduisant notamment la part payée par l’agriculteur.

Olivier Damaisin a remis le 1er décembre son rapport à Jean Castex, mais aussi aux ministres de la Santé et de l’Agriculture. Julien Denormandie a annoncé dans la foulée la mise en place d’un plan d’actions « opérationnel » reprenant ces mesures. Il verra le jour au premier trimestre 2021.

Rosanne Aries

Hors les revenus

Si la Coordination rurale et la FNSEA ont salué le travail d’Olivier Damaisin, Solidarité paysans l’a pour sa part trouvé « décevant », déplorant que le « modèle agricole industriel » ne soit pas interrogé. Les revenus des agriculteurs, sujet qui n’est pas non plus abordé, font l’objet d’une autre mission, menée par Serge Papin jusqu’à fin février.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !