Fin décembre, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) annonçait que l’effectif de loups à la sortie de l’hiver 2018-2019 dépasserait probablement le seuil de 500. « C’est pourquoi le ministère a pris des dispositions très claires pour adapter le niveau de prélèvements et passer de 10-12 % à 17-19 % », a indiqué le président de la République, à Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), le 7 mars, dans le cadre d’un grand débat consacré au thème de l’environnement et de la transition écologique. « Après, il faut décliner cela avec beaucoup de souplesse, et il faut pour chaque département une réponse adaptée aux réalités du terrain », a-t-il insisté.Pour Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice (LR) des Alpes-Maritimes, les propos d’Emmanuel Macron « restent incantatoires […]. Il faut des actes forts pour répondre à la colère des élus et des éleveurs et ne plus botter en touche ! »