La présence du prédateur, occasionnelle ou régulière, est détectée sur 65 000 km² du territoire français, selon la lettre d’information de l’ONCFS.

La région Provence-Alpes-Côte-d’Azur recense une forte population régulière de loups, répartie sur toute la partie nord-est. Ce secteur concentre le plus grand nombre de brebis tuées.

En Auvergne-Rhône-Alpes, la colonisation se poursuit. En Haute-Savoie, la zone de présence régulière a pratiquement doublé en un an, en passant de 600 à 1 100 km². En Nouvelle-Aquitaine, deux secteurs de présence occasionnelle sont recensés : dans les Pyrénées-Atlantiques et en Dordogne. Sur le reste de la région, malgré un déploiement du réseau de correspondants et la collecte d’une centaine de fiches indices, aucune information n’a permis d’attester la présence de l’espèce à ce jour. En Bourgogne-Franche-Comté, à la frontière avec la Suisse, une zone de présence permanente est identifiée. Côté du Grand-Est, dans le secteur de Saint-Amond, une zone de présence régulière est bien caractérisée.

Marie-France Malterre