Selon le rapport de l’OPECST (1) sur les fongicides inhibiteurs de la succinate déshydrogénase (SDHI) publié le 25 juin 2020, les points soulevés par un groupe de chercheurs au printemps 2018 ne semblent « pas suffisants pour légitimer une alerte sanitaire à la hauteur des craintes exprimées par voie de presse ». Le groupe avait demandé le retrait de ces molécules au nom du principe de précaution...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
42%

Vous avez parcouru 42% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !