Pour la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), la crise sanitaire a bien affecté la plupart des circuits de distribution. Mais « au global, il n’y a pas de problèmes de débouchés pour la laiterie France ».

D’après l’analyse publiée mi-mai par le syndicat, le confinement aurait même conduit à une hausse des ventes de l’ordre de 5,6 % (en volume), essentiellement portée par le commerce de détail. Si certaines laiteries, spécialisées sur la restauration collective ou les filières AOP, ont connu « de vraies difficultés », « nous demandons aux opérateurs de la laiterie France de décliner un prix du lait reflet de cette évolution profitable du marché intérieur », lance Michel Lacoste, secrétaire général de la FNPL.