Après deux années marquées par la Covid-19 et l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), les éleveurs de palmipèdes gras sont « parmi les plus inquiets », estime la Confédération française de l’aviculture (CFA), dans un communiqué publié le 9 novembre. Le syndicat chiffre à 28,3 % la hausse du prix des matières premières alimentaires sur les dix premiers mois de 2021. Il pointe également le coût des mesures de lutte contre l’IAHP : mise à l’abri obligatoire, baisse des densités ou encore ajustement des plannings.

En intégrant le coût des nouvelles mesures de biosécurité, la hausse du prix de l’aliment et de celui des canetons, le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog) anticipe une augmentation de 13,8 % du coût de production moyen d’un canard élevé et engraissé en 2021, soit 2,57 € supplémentaires par animal. « Les distributeurs et la restauration doivent entendre le message des éleveurs de palmipèdes gras et prendre en compte ces hausses de coûts de production », alerte Jean-Michel Schaeffer, président de la CFA.

Vincent Guyot