C’est au Muséum national d’histoire naturelle, le 4 juillet, entre un couple de girafe et un tapir, que Nicolas Hulot et Édouard Philippe se sont exprimés. Glyphosate, néonicotinoïdes, conversion au bio : l’emphase n’a pas fait oublier que la plupart des mesures avaient déjà été annoncées.

Bio et services environnementaux

Recyclage du plan Bio 2022, Nicolas Hulot veut aider l’agriculture biologique avec 50 M€ par an d’ici à la fin du mandat, qu’il puisera dans les RPD (1).

Face à une baisse des budgets pour l’eau, l’agence Rhône-Méditerranée a partagé ses doutes dans un communiqué : « Il n’est pas possible de vouloir à la fois diminuer la capacité d’intervention de l’agence de plus de 20 % et lui demander en même temps d’augmenter ses financements. »

Pour rétribuer les services environnementaux, 150 M€ seront par ailleurs versés, sur trois ans, à des projets de haies, de mares, de prairies et de zones humides. Le budget ne proviendra pas ici des fonds de développement rural, mais aussi des agences de l’eau.

Le ministre de l’Agriculture confirme que ces mesures sont avant tout politiques : la France expérimente actuellement en vue de la prochaine Pac.

Ivan Logvenoff

(1) Redevances pour pollutions diffuses.