À Bruxelles, la question de la part du budget du premier pilier à allouer aux écorégimes, qui rémunéreront les pratiques agroécologiques et remplaceront le paiement vert, n’est pas encore tranchée. Le 26 avril, le Conseil des ministres européens s’était rallié à une proposition jugée « équilibrée » de la présidence portugaise : dédier 22 % du premier pilier aux écorégimes en 2023 pour arriver à 25 % en 2025, tout en maintenant de la « flexibilité ». Le risque, pour le Conseil, étant une sous-utilisation de ces fonds par les États membres. Le Conseil, qui ne voulait pas dépasser une enveloppe de 20 %, faisait ainsi un premier pas en direction du Parlement, attaché, lui, à y consacrer au minimum 30 %.

Les négociations se poursuivront dans les prochaines semaines, avec un nouveau « super trilogue », rassemblant le Conseil des ministres, la Commission européenne et le Parlement, les 25 et 26 mai. L’objectif étant d’arriver avant fin juin à un accord sur l’ensemble des trois règlements de la future Pac : les plans stratégiques nationaux, l’organisation commune des marchés (OCM), et la gestion et le suivi (règlement horizontal).

S. B.