Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le bilan 2021 nourrit les déceptions

réservé aux abonnés

 - -->
Les prix des produits frais laitiers ont été négociés 0,5 % plus cher. © C. Thiriet

Les négociations commerciales ont abouti à une déflation générale des prix de 0,3 %.

Les résultats de la loi Egalim, adoptée en 2018 à la suite des États généraux de l’alimentation, ne sont pas encore à la hauteur. Alors que les négociations commerciales se sont terminées le 2 mars dernier, le médiateur des relations commerciales agricoles a publié son bilan le 20 avril. Tous secteurs confondus, les prix des produits alimentaires vendus sous marque nationale baissent de 0,3 % (les fournisseurs demandaient une hausse des tarifs de l’ordre de 3 %), selon le communiqué du médiateur.

Seuls les produits frais laitiers et les œufs arrivent à sortir la tête de l’eau (lire l’encadré). « Le résultat plus défavorable du secteur du “frais non laitier” résulte principalement de la baisse des tarifs d’achat de la charcuterie, du fait de la diminution des cours du porc. Hors charcuterie, la déflation est moins élevée », commente l’observatoire des négociations commerciales.

Dans un communiqué, les entreprises alimentaires représentées par La Coopération agricole, l’Association nationale des industries alimentaires (Ania), la Fédération des entreprises et entrepreneurs de France (Feef) et l’Institut de liaisons des entreprises de consommation (Ilec), qui participent à l’élaboration de cet observatoire, n’ont pas caché leur déception. Elles placent leurs espoirs dans la proposition de loi Egalim 2 du député Grégory Besson-Moreau (LREM), qui sera discutée en juin.

Alexis Marcotte

Un seul secteur dans le vert

Les résultats de la négociation commerciale de 2021 sur les produits alimentaires vendus sous marque nationale :

• épicerie salée : - 0,3 %

• épicerie sucrée : - 0,3 %

• produits frais non laitiers (charcuterie, sandwichs…) : - 0,7 %

• produits frais laitiers, dont œufs : + 0,5 %

• surgelés : - 0,7 %

• boissons alcoolisées : - 0,7 %

• boissons non alcoolisées : - 0,4 %.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !