Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Vers des fermes plus vertes

réservé aux abonnés

 - -->
L’AGPM entend aussi privilégier les filières locales de transformation. © Sébastien Champion

L’AGPM (1) vise 10 000 exploitations certifiées haute valeur environnementale de niveau 3 (HVE 3) d’ici à 2025.

«Nous devons mettre fin à l’image délétère de la culture du maïs, a martelé Daniel Peyraube, président de l’AGPM, le 13 novembre, au Congrès du maïs de Toulouse. Pour cela, il faut dialoguer avec les ONG et co-construire un projet pour accompagner la mutation que connaît la société. » Le plan stratégique proposé par l’organisation pour devancer les demandes repose sur la certification environnementale des fermes. « Nous souhaitons que 10 000 exploitations obtiennent une certification HVE3 d’ici à 2025, précise le président. Nous serons alors capables de générer un million de tonnes de crédits carbone. »

Précurseurs

Un point sur lequel Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture présent au congrès, approuve les maïsiculteurs. « Votre démarche est remarquable, vous avez compris vers quoi vous devez aller. Malheureusement, la Commission européenne ne reconnaît pas la certification HVE. Mais je vais tout faire pour que, dans le plan stratégique national de la future Pac, on puisse prendre en compte la HVE3, et qu’elle soit ensuite intégrée au niveau européen. »

L’AGPM compte aussi développer la valeur ajoutée sur le territoire, en privilégiant les filières locales de transformation (farine de maïs, produits sans gluten, pop-corn, bioéthanol) et les démarches qui rémunèrent les services rendus, comme la captation du carbone grâce aux couverts végétaux.

Florence jacquemoud

(1) Association générale des producteurs de maïs.

Oui à la retenue du Tescou

Le ministre a confirmé que « le dossier Sivens va se régler dans les semaines qui viennent ». Depuis le consensus trouvé, le 9 septembre, sur la création de la future retenue de la vallée du Tescou, dans le Tarn, l’Agence de l’eau avait deux mois pour retravailler sur les besoins réels des habitants. Elle rendra ses conclusions le 5 décembre.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !