Définir un nouveau système de comptage des loups est la première proposition adoptée par les participants aux rencontres parlementaires sur la prédation du loup. Organisées par Pierre Morel-A-L’Huissier, député de Lozère, celles-ci ont réuni une centaine de participants (sénateurs, députés, élus locaux, syndicats agricoles, éleveurs, bergers…), le 22 février à Paris. Une équipe resserrée a précisé, le 27 février, les annonces de la semaine dernière, en proposant de « fluidifier la communication des informations des acteurs institutionnels vers les éleveurs et le public ». L’équipe propose également que les préfets fournissent l’information sur la présence probable du prédateur dans les secteurs sensibles de leur département en temps réel. Les membres du groupe demandent aussi la révision du concept trop contraignant de zone de présence permanente (ZPP), qui est actuellement fixée à deux hivers consécutifs.

M.-F. M.