Si les bovins ne représentent que 2 % des victimes du tableau de chasse de Canis lupus, leur part ne cesse d’augmenter depuis dix ans. En 2020, 224 bovins ont été tués selon une note publiée le 9 juin 2021 par la Dreal d’Auvergne-Rhône-Alpes, soit 30 de plus qu’en 2019. Les trois quarts des prédations ont lieu entre mai et octobre. Elles sont surtout localisées dans les départements alpins, mais s’opèrent principalement en plaine. À noter que le loup responsable des attaques en Haute-Saône et dans les Vosges, qui s’orientait naturellement vers les bovins, a été tué lors d’un tir de défense en septembre 2020. Autre constat : la plupart des bovins tués ont moins d’un an. Même si l’indemnisation des attaques de loup sur bovins n’est pas conditionnée à la protection des troupeaux, « il est fortement conseillé de protéger les bêtes vulnérables ou dans des situations de vulnérabilité (jeunes, périodes de mise bas) », préconise la Dreal.

M.-F. M.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Hausse inattendue dans les laitières

En femelles allaitantes, les cours sont reconduits. Du côté des réformes laitières, l’offre de la semaine se montre insuffisante pour satisfaire la demande, ce qui oblige les industriels à accorder quelques plus-values dans les bonnes vaches prim’holsteins, normandes et montbéliardes. Cette position inédite à cette saison reflète un marché en tension au niveau de l’offre, face à une demande soutenue en production laitière. En jeunes bovins, les besoins sur le marché intérieur comme à l’exportation restent soutenus.