Perte de vitesse en pois et féveroles, segmentation importante en légumes secs, croissance des cultures associées… Dans le secteur des légumineuses, de nouvelles tendances de marché sont récemment apparues, qui compliquent l’optimisation de la logistique. C’est ce que souligne une étude (1) publiée le 15 février, portant sur les freins au développement de ces cultures. Ses auteurs relèvent un « déficit d’organisation collective », donc un « manque de mutualisation des flux et des moyens ». Ils formulent de nombreuses recommandations, parmi lesquelles celle de réaliser systématiquement l’étude de « l’environnement concurrentiel et des potentialités de mutualisation ou d’externalisation » pour les nouveaux projets.

H.Parisot

(1) Réalisée par Ceresco, Circoé et Terres Inovia, à la demande du ministère de l’Agriculture.