119 députés européens et sénateurs français ont apporté leur soutien à la campagne « Secrets Toxiques », qui a adressé, le 25 février, un courrier à l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) pour dénoncer « les failles » dans l’homologation des pesticides par cet organisme. Ils lui reprochent notamment d’ignorer les coformulants et leur « effet cocktail » dans son évaluation.

Les 9 associations à l’origine de « Secrets Toxiques » (dont Générations Futures) se sont emparées des résultats de l’étude du professeur Gilles-Éric Séralini, qui démontrait la présence dans 14 pesticides de substances toxiques non déclarées sur les étiquettes (dont des métaux lourds et des composés hydrocarbures polycycliques aromatiques cancérogènes).

L’Efsa a deux mois pour répondre à cette lettre, avant qu’une nouvelle procédure ne soit engagée par les associations et les responsables politiques.

J. Papin