Face à la pandémie de coronavirus et aux mesures de restrictions qui s’appliquent pour limiter sa propagation, les opérateurs du secteur du bovin maigre s’adaptent. « Jusqu’à présent, les cotations nationales confirment un maintien des cours en dépit des difficultés jusqu’à présent », soulignait la Fédération française des commerçants aux bestiaux (FFCB), dans un communiqué publié le 10 mars.

De son côté, le ministère de l’Agriculture précisait, vendredi 13 mars, que malgré les restrictions de mouvements étendues à l’ensemble du territoire italien du 10 mars au 3 avril 2020, les activités liées à l’élevage restaient garanties. Les conducteurs doivent néanmoins justifier de leurs déplacements, en cas de contrôle, au moyen d’un formulaire d’auto-déclaration.

Quelques heures avant l’allocution d’Emmanuel Macron, le 16 mars au soir, Benoît Albinet, directeur de Deltagro export, faisait état d’un transit normal. « Au lieu de fonctionner à la semaine, nous adaptons les volumes au jour le jour. Même sans grande visibilité, le creux saisonnier permet de limiter les dégâts », analyse-t-il.

L. P.