Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Lait : statu quo pesant pour les stocks de poudre maigre

réservé aux abonnés

 - -->
Poudre de lait entreposée en Belgique, en janvier 2018. © C. Faimali

L’écart de valorisation entre la matière grasse et la protéine se creuse, sans qu’aucune solution ne se dessine pour écouler les stocks européens de poudre de lait écrémé.

«La cotation de la poudre maigre vient de passer en dessous de 1 300 €/t. Ce niveau de prix extrêmement bas fait plonger la valorisation du lait sur l’ensemble du marché européen », affirmait la Fédération nationale de l’industrie laitière (Fnil), le 10 avril.

Principale raison invoquée, les 370 000 t de poudre de lait écrémé stockés à l’intervention. Le syndicat implore la Commission européenne de « tout mettre en œuvre pour écouler ces stocks dans les délais les plus rapides, tout en s’assurant que cela ne perturbe pas les marchés existants ».

Une position partagée par Damien Lacombe, président de Coop de France métiers du lait (ex-FNCL), lors de la journée des coopératives laitières le 12 avril à Paris. « Par rapport à l’an passé, l’écart de prix entre la protéine et la matière grasse s’accroît et vient pénaliser la valorisation beurre-poudre, aujourd’hui de 260 €/t. Cette situation ne nous permet pas de donner de la visibilité à nos adhérents sur le prix du lait payé à la ferme. » Il s’en remet également à Bruxelles et défend une « position franco-allemande visant à valoriser ces stocks en alimentation animale pour les veaux, mais également pour les porcs ».

Lettre morte

Une proposition rejetée le jour même par Phil Hogan, commissaire européen en charge de l’agriculture. « Nous sommes dans une situation où garder ou se débarrasser de ces stocks aura, dans les deux cas, un impact négatif sur le marché », a-t-il estimé, lors d’une rencontre avec les syndicats européens de producteurs laitiers le 12 avril. Phil Hogan a renvoyé la balle aux industriels européens, les incitant à « prendre part aux appels d’offres » et à « réagir avant qu’il ne soit trop tard ».

Vincent Guyot
Collecte laitière croissante en France et en Europe

Selon une note du ministère de l’Agriculture publiée le 13 avril, la production laitière française s’est accrue de 3,1 % en février 2018, par rapport à février 2017. En Europe, la collecte a progressé de 2,4 % sur la même période. Le 12 avril, Phil Hogan a « mis en garde » les éleveurs européens contre une « croissance extraordinaire de la production qui mettrait à mal les cours ».

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !