«Le maintien du dynamisme laitier français passe aussi par des relations rénovées avec les producteurs », assure Robert Brzusczak, nouveau président de la Fnil, lors de l’assemblée générale du syndicat, le 31 mai à Paris. Celui qui est aussi directeur général délégué du groupe Savencia estime que « la constitution des organisations de producteurs (OP) répond à la nécessité de favoriser un équilibre économique. Ces OP sont nos interlocuteurs, et ils doivent trouver leur place dans l’interprofession ». Si Robert Brzusczak reconnaît « la priorité de retrouver de la valeur sur le marché intérieur », il botte en touche au sujet de la construction du prix à partir des coûts de production. « L’essentiel est la recherche des performances économiques […] pour rester dans la course face à nos compétiteurs internationaux, notamment ceux d’Europe du Nord. » Le président de la Fnil souligne enfin l’ambition des industriels privés de « continuer la croissance des débouchés à l’export, et en particulier au grand export. »

Vincent Guyot