Il était attendu. Mi-janvier, la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (Fnec) plaidait pour que l’amont « intègre la hausse des coûts de production, consécutive aux dernières sécheresses, dans les négociations commerciales ».

L’accord conclu entre la coopérative Eurial et le distributeur Intermarché/Netto, le 3 février, tombe à point nommé.

Les deux parties se sont entendues sur une revalorisation du prix du lait à hauteur de 749 €/1 000 litres, prix réel, « pour les volumes concernés par la marque Soignon », annonce le communiqué.

Concernant les marques de distributeurs (MDD), « Intermarché s’inscrira dans cette démarche de revalorisation du prix une fois qu’Eurial sera en mesure de fabriquer les produits avec du lait origine France », précise le distributeur. La gamme AOP commercialisée sous MDD n’est pas concernée par l’accord.

Un premier pas

« C’est une première marche pour atteindre notre objectif de prix moyen annuel de 790 €/1 000 litres », affirme Jacky Salingardes, président de la Fnec, qui attend des autres distributeurs un engagement similaire.

A. Courty