«La situation est grave pour la grande distribution. Elle pourrait même devenir désespérée », a estimé Olivier Dauvers, spécialiste du secteur, lors d’une conférence organisée par l’Ania (1) le 20 avril, à Paris. Différents facteurs expliquent selon lui cette crise sans précédent : consommation en berne depuis 2008, baisse de rendement due à l’envolée des mètres carrés destinés à la vente, boom du e-commerce, nouveaux circuits de distribution... Pour attirer de nouveaux clients, les enseignes se livrent à une guerre des prix sans merci, relayée aujourd’hui par l’explosion des promotions. Seule bonne nouvelle pour leurs fournisseurs : l’assortiment de gamme serait un levier bien plus efficace sur la consommation que la course aux prix bas, selon Olivier Humeau, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation (IRI). Les marques régionales de producteurs, qui pointent leur nez dans les rayons, semblent promises à un bel avenir.

Alain Cardinaux

(1) Association nationale des industries alimentaires.