La Fédération nationale des producteurs de fruits a tenu son congrès 2020 à Chenu, dans la Sarthe, les 29 et 30 janvier. La francisation illégale mobilisait les producteurs, après leur succès en justice pour le kiwi en novembre 2019. Luc Barbier, administrateur de la FNPF, rappelle que celle-ci s’est portée partie civile dans trois affaires récentes (pêches à Nîmes et Perpignan, kiwis à Valence) et qu’elle le refera à chaque fois qu’elle aura connaissance d’actions en justice. « J’incite tous les acteurs de la filière, les producteurs, les grossistes et les distributeurs à nous remonter l’information dès qu’un procureur diligente une action en justice, afin que nous puissions nous porter partie civile car la DGCCRF (1) n’a pas le droit de nous informer », explique-t-il.

Les élus de la FNPF se félicitent de l’obligation de publication des jugements dans la presse professionnelle, mesure qu’ils considèrent très dissuasive car elle touche à l’image des fraudeurs.

Y.B.

(1) Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.