Des alternatives émergent pour pallier la frilosité des banques. La dernière initiative vient de la plateforme participative Miimosa. Connue pour ses dons participatifs, elle proposera, à partir de la mi-décembre, des prêts participatifs pour des projets pouvant aller jusqu’à 200 000 €.

« La grande différence avec une banque est que nous ne financerons pas les projets à partir de nos fonds propres, a indiqué mercredi 15 novembre son fondateur, Florian Breton, lors d’une table ronde organisée par l’assemblée permanente des chambres d’agriculture, à Paris. Nous ne demanderons donc pas de garantie. Ce qui devrait notamment faciliter l’installation des jeunes hors cadre familial. Et pour les particuliers, nous proposerons des taux d’intérêt de 2 à 4 %, beaucoup plus attractifs que les livrets d’épargne de 2017. »

Mille projets portés

Spécialisé depuis trois ans dans le don participatif pour des projets en moyenne de 7 000 € (contre 4 000 € tous secteurs confondus), Miimosa veut maintenir cette offre en parallèle. « L’objectif est d’avoir une activité de conseils auprès des agriculteurs et de leur recommander du don et/ou du prêt participatif, si les conditions de solvabilité sont réunies. Dans un contexte de financement participatif évalué à 1,5 milliard dans les 5 ans, notre enjeu est de porter les intérêts de l’agriculture dans cet essor. »

Depuis sa création en 2014, Miimosa a accompagné 1 000 projets agricoles pour une valeur de 4 millions d’euros. 25 % de ces projets visaient une installation.

Rosanne Aries