Issu du rapprochement entre l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) et l’Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture), l’Inrae (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) est né le 1er janvier 2020, après deux ans de concertation et de réorganisation. Les treize départements de l’Inra et les trois de l’Irstea ont donné naissance aux quatorze nouveaux.

Du côté de l’orientation, « notre priorité est la transition agroécologique », insiste Philippe Mauguin, le PDG. Dans cet esprit, l’Inrae a demandé à toutes ses unités de recherche, ce qui représente 11 000 hectares dans l’Hexagone, d’arrêter immédiatement l’usage du glyphosate. L’une des grandes nouveautés est la mise en place du département Aqua, consacré à l’eau et à sa gestion. Quant au machinisme, activité historique du Cemagref avant sa dilution dans l’agroécologie lors de la création de l’Irstea, il n’a pas de département spécifique au sein de l’Inrae.

C. L.G.