Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Influenza aviaire : adapter les mesures aux petits élevages

réservé aux abonnés

 - -->
Le confinement pose de vraies difficultés aux élevages de plein air, sous label ou en bio. © P. Glorieux

Les élevages pratiquant le plein air (bio, label ou petites fermes) subissent des mesures de biosécurité peu adaptées à leur taille et leur organisation.

«Il ne faut pas inverser les responsabilités, proteste Sylvie Colas, éleveuse dans le Gers, en charge du dossier à la Confédération paysanne. Si les oiseaux sauvages sont à l’origine du foyer initial dans le Tarn, le coupable de la dissémination de l’épizootie aux autres départements est bel et bien le système d’élevage industriel, tel qu’il est organisé aujourd’hui. » Il se décompose en quatre étapes, du démarrage au gavage, chaque fois dans un lieu différent. Ce qui implique le transport d’animaux vivants, avec un risque de dissémination du virus lors du trajet. C’est le cas pour cet épisode de grippe. De plus, les concentrations élevées de volailles favorisent la circulation virale.

Sylvie Colas refuse que les filières bio, sous label, ou les petits élevages paient les pots cassés. Des mesures de biosécurité (de « bon sens paysan », préfère-t-elle dire) doivent certes s’appliquer, comme l’élevage dans un même lieu du début à la fin, un vide sanitaire de deux semaines ou l’interdiction de visites sans équipement spécial. Elle conteste en revanche le confinement pour des canards gras, des volailles label ou bio, pour des raisons sanitaires, ou la bande unique, souvent présentée à tort comme incontournable.

Limiter le contact

Éric Cachan, président du Synalaf (syndicat des labels avicoles), n’est pas du même avis. « Pour limiter le risque de contact avec les oiseaux migrateurs, le confinement ou la limitation des parcours est contraignant mais indispensable, estime-t-il. Il faut aussi éviter à tout prix les mouvements d’animaux. Pour cela, toute l’organisation de l’élevage doit être repensée. Les mesures de biosécurité ont été largement discutées avec les pouvoirs publics, et adaptées aux petits élevages (1). »

Elsa Casalegno

(1) L’Itavi a élaboré des fiches techniques selon le mode d’élevage. Voir sur http://influenza.itavi.asso.fr

Progression du H5N8

Au 19 décembre, le ministère de l’Agriculture décomptait désormais 32 foyers H5N8 confirmés dans des élevages des Landes (3 foyers), du Tarn (7), du Gers (13), du Lot-et-Garonne (5), des Hautes-Pyrénées (1), des Pyrénées-Atlantiques (2) et de l’Aveyron (1). Ainsi que 4 cas dans la faune sauvage (Pas-de-Calais, Haute-Savoie et Tarn).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !