Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Mesures préventivesà nouveau renforcées

réservé aux abonnés

 - -->
Les abattages préventifs seront pratiqués dans un rayon de 5 km autour des foyers, contre 3 km auparavant. © Sébastien Champion

Afin de limiter la propagation du virus H5N8 de l’Influenza aviaire hautement pathogène, la zone d’abattages préventifs a été élargie.

«L’enjeu du gouvernement est de contenir la propagation de ce virus dans les élevages. Pour ce faire, nous devons mettre en place un abattage massif des volailles », a insisté Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture le 8 janvier, lors d’un déplacement dans le département des Landes. La zone où les abattages préventifs peuvent être ordonnés a été étendue le 12 janvier par un arrêté publié au Journal officiel. Elle concerne désormais les Landes, le Gers, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Atlantiques et onze communes du Lot-et-Garonne. Les abattages préventifs seront pratiqués dans un rayon de 5 kilomètres autour des foyers, contre 3 kilo­mètres auparavant, et les mouvements de volailles (entrées et sorties) seront interdits dans un rayon de 20 kilomètres.

Des abattoirs réquisitionnés

Les capacités d’abattage seront aussi renforcées. Au total, cinq abattoirs seront réquisitionnés. Selon le ministère de l’Agriculture, au 12 janvier, la France comptait 197 foyers du virus H5N8, dont 170 dans le seul département des Landes. À cette date, 700 000 volailles ont été abattues.

R. Borget et E. Roussel

Des avances sur indemnisations

« Dès lors que des abattages, dans des élevages foyers [de grippe aviaire] ou dans des élevages préventifs, ont lieu, l’État indemnise à hauteur de la valeur marchande des volailles, a promis le ministre de l’Agriculture le 8 janvier, dans les Landes. Pour accélérer l’arrivée de ces aides, nous allons fonctionner avec des avances de 70 à 75 %, qui arriveront dès la semaine prochaine. » Demandée par le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), la prise en charge des pertes liées à l’instauration de vides sanitaires allongés dans les élevages devrait arriver « dans un deuxième temps ».

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !