Le virus H5N8 de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) poursuit sa progression. Selon le ministère de l’Agriculture, au 25 janvier, la France comptait 409 foyers, soit 106 supplémentaires en une semaine. À cette date, « 2 millions de volailles ont été abattues dans le Sud-Ouest », où 386 foyers en élevage sont recensés, dont 312 dans le seul département des Landes.

Face à la flambée du virus, Marie-Pierre Pé, directrice du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, défend l’idée de « mieux étaler » la production, au lieu de « se mettre en pression » en novembre et décembre afin de proposer du foie cru à cuisiner pour Noël.

« Rentrer ses animaux »

De son côté, Gilles Salvat, directeur général délégué à la recherche à l’Anses, souligne l’importance d’« avoir la capacité de rentrer ses animaux ». Il estime, par ailleurs, que pour diminuer la propagation du virus, « il faut qu’il trouve moins de supports de multiplication proches du premier élevage qui est touché, et donc diminuer les densités ».

V.Guyot, avec l’AFP