Les quatre États membres chargés de la première étape de la réévaluation du glyphosate (France, Hongrie, Pays-Bas et Suède) ont conclu au maintien de la classification actuelle de la substance active. Ainsi, dans leurs conclusions rendues le 15 juin à l’Efsa (1) et à l’Echa (2), ils n’ont pas proposé de caractère cancérogène. N’ont été retenues que les mentions actuellement en vigueur : H318 (« provoque des lésions oculaires graves ») et H411 (« toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme »).

Leurs conclusions serviront de base de travail aux deux agences européennes, dont l’avis est attendu à la fin de 2022. Sur la base de cette évaluation des risques, la Commission européenne décidera du renouvellement du glyphosate. Son autorisation de mise sur le marché expire le 15 décembre 2022.

H. Parisot

(1) Autorité européenne de sécurité des aliments.

(2) Agence européenne des produits chimiques.