L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a annoncé le 23 juillet le retrait du consortium sélectionné en avril pour la réévaluation toxicologique du glyphosate. Au terme de l’appel à candidatures international lancé en 2019 pour réaliser ces études, ce consortium scientifique, coordonné par l’Institut Pasteur de Lille, ainsi que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), avaient en effet été retenus pour cette étude spécifique. Mais la sélection de certaines équipes ayant depuis fait l’objet de critiques, le consortium de sept laboratoires a décidé de se retirer, « les conditions de sérénité et de confiance nécessaires à la prise en compte de ces études lors de la réévaluation européenne du glyphosate en 2022 n’étant plus réunies ». L’agence regrette cette situation et rappelle que l’approche intégrée du consortium était pourtant « un élément clé pour garantir la qualité du dispositif d’études ». Elle indique de ce fait qu’elle financera uniquement l’étude originale proposée par le CIRC avec des résultats attendus pour le second semestre de 2021.

C.F.