« Nous avons fait le travail ! » a lancé Luc Barbier, président de la Fédération nationale des producteurs de fruits, lors de son congrès annuel, qui a eu lieu à Cavaillon (Vaucluse) les 24 et 25 janvier. « Dans le cadre des États généraux de l’alimentation (EGA), nous avons présenté notre plan filière. La balle est désormais dans le camp du gouvernement. » Si les participants ont regretté que le secteur des fruits et des légumes n’ait pas été suffisamment représenté lors des EGA, les retours sont plutôt satisfaisants. « Nous avons pu ressortir des pistes intéressantes, notamment en matière de contractualisation, expose Aurélien Clavel, agriculteur dans l’Isère. La démarche doit aller jusqu’au metteur en marché final et définir des indicateurs de prix qui prennent en compte nos coûts de production. » D’autres craignent que « ces discussions n’aboutissent pas à grand-chose ». Les producteurs de fruits attendaient avec impatience la présentation du projet de loi alimentation prévue ce 31 janvier.

Chantal Sarrazin