D’après une enquête de l’Association nationale des producteurs laitiers fermiers (ANPLF), réalisée auprès de 339 éleveurs, 21 % des producteurs fermiers prévoient une baisse de leur chiffre d’affaires de 20 à 50 % sur un an en avril, et 23 % prévoient un recul supérieur à 50 %. La fermeture des marchés de plein air semble avoir été particulièrement pénalisante. Inversement, certains sondés disent avoir profité du regain d’activité des magasins de producteurs, des Amap et des tournées à domicile.

« Le revenu disponible restant pour l’exploitant représente une part faible du chiffre d’affaires. C’est pourquoi une baisse supérieure à 20 % est déjà problématique, privant les exploitants de revenus pour leurs familles », souligne l’ANPLF. L’association estime que le fonds de solidarité réservé aux exploitations au-delà de 50 % de perte est loin d’être suffisant.

Ainsi, le syndicat demande des « annulations de charges, et des prêts de trésorerie à taux zéro ou à très faible taux » pour les fermes à plus de 20 % de perte, ainsi que « la création de comités locaux restreints » pour les cas les plus préoccupants.

A. Courty