La présentation par Emmanuel Macron du plan France 2030, avec une enveloppe de 2 milliards d’euros affectée à l’agriculture, divise. JA, FNSEA et la Coopération agricole saluent la place donnée à l’agriculture. Pour Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, il est important que soit reconnu « au plus haut niveau de l’État » que les agriculteurs sont déjà engagés dans cette troisième révolution agricole, et de mobiliser des moyens pour cela. L’enveloppe dédiée à l’innovation génétique « est une avancée positive », s’est félicité le président de l’Union française des semenciers (UFS), Claude Tabel. De son côté, la Confédération paysanne vit « un cauchemar ». « Entre les lignes, cela veut dire : on développe les OGM, on garde les pesticides, on robotise, on méthanise… Et on fait disparaître les paysans ! », s’alarme Nicolas Girod, porte-parole du syndicat. Il estime qu’on est dans la ligne du plan France Relance et qu’on « va droit dans le mur » si on ne change rien « aux logiques à l’œuvre ».

M.S.