La grande distribution cède enfin aux demandes des éleveurs allaitants. Mercredi 7 septembre, après une série de manifestations dans ses rayons de boucherie, Carrefour a trouvé un accord avec la Fédération nationale bovine (FNB). L’enseigne s’engage à distribuer au moins 50 % de viande issue de bovins allaitants, et accepte que la rémunération des éleveurs soit calculée suivant leurs coûts de production. Dès le lendemain, Jean-Pierre Fleury assurait à la tribune de l’assemblée générale d’Elvea France, à Périgueux (Dordogne), que d’autres enseignes avaient cherché à le joindre pour emboîter le pas à Carrefour. De fait, vendredi 9 septembre, E. Leclerc a promis, dans un communiqué de presse, de revaloriser la production issue du « cœur de gamme ». À l’heure où nous bouclions le journal, Michel-Edouard Leclerc et Jean-Pierre Fleury devaient encore discuter des modalités. Quant à Intermarché, il s’est engagé à revaloriser les tarifs du cœur de gamme à hauteur de 1 €/kg, comme Système U le fait depuis le début de l’été. La FNB attend que la construction du prix soit clarifiée.

Hélène Chaligne