Le dernier Conseil national d’épidémiosurveillance (CNE) a eu lieu le 17 décembre 2020. Il est désormais inclus au sein de la section végétale du Cnopsav (1), « un véritable parlement du sanitaire » couvrant tous les organismes nuisibles à la santé des végétaux, qu’ils soient réglementés ou non, indique le ministère de l’Agriculture. Mais pour la Coordination rurale (CR), il s’agit d’un « désengagement total » de l’État, qui fait « porter la responsabilité sur les opérateurs ». Selon le syndicat, les bulletins de santé du végétal (BSV) « ne seront maintenus que pour les couples “organismes nuisibles/cultures” à fort potentiel Écophyto. Autrement dit, s’il n’y a pas de baisse de traitement possible, les agriculteurs n’auront plus aucune information ! » « La refonte des BSV est en débat », confirme le ministère. Le nouveau dispositif et son financement (les crédits Écophyto dédiés à cette activité sont en effet en baisse depuis trois ans) devraient être validés d’ici fin 2021.

I. E.

(1) Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale.