«L’enseignement agricole a centré sa communication sur des slogans liés aux thèmes de la nature et du vivant, alors que l’agriculture n’est assimilée, dans l’esprit du public, ni à l’environnement, ni à la nature. » Un rapport publié le 8 septembre par le CGAAER (1), organe de conseil et d’audit du ministère de l’Agriculture, égratigne fortement la dernière campagne de promotion de l’enseignement agricole, lancée au début de 2019, appelée « L’Aventure du vivant ».

Aventure ratée

Le rapport pointe du doigt une « distorsion d’image » entre les slogans utilisés (« Le savoir vert », « Un enseignement 100 % nature », « Des métiers grandeur nature ») et la réalité. Les interlocuteurs de l’Éducation nationale rencontrés par la mission ignoraient l’existence de la campagne et n’avaient pas constaté d’impact sur les choix d’orientation. Les arguments développés comme le cadre de vie rural ou l’internat ne sont plus autant d’actualité auprès des jeunes, qui préfèrent évoluer en milieu urbain et s’affranchir des règles strictes de l’internat, selon les auteurs du rapport.

Ils suggèrent de vérifier le contenu du site internet de la campagne qui comporterait certaines erreurs, de supprimer les acronymes dans les intitulés de formations pour les rendre plus explicites, et d’axer la stratégie de communication sur « les métiers porteurs des valeurs sociétales actuelles » (l’agroécologie, l’agriculture biologique, le bien-être animal, la conservation des sols et les circuits courts).

Si les effectifs de l’Éducation nationale augmentent régulièrement, ceux de l’enseignement agricole ont baissé entre 2012 et 2018, avant de se stabiliser en 2019 et 2020. Le ministère de l’Agriculture aura l’occasion de corriger prochainement le tir avec une nouvelle campagne grand public, annoncée dans le volet agricole du plan « France Relance ». Une communication à ne pas rater cette fois-ci.

Alexis Marcotte

(1) Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture­ et des espaces ruraux.