Le président de la République a visité, le 22 avril dernier, le Gaec de Roué, spécialisé dans le maraîchage et cultivant des tomates sous serres chauffées, à Cléder, dans le Finistère. Il est venu saluer « la deuxième ligne » alimentaire dans cette « guerre » contre le coronavirus. « Merci à la ferme France. Elle a tenu. On peut en être fier. J’espère que nos concitoyens vont être réconciliés avec ce beau métier qui est celui de nourrir la nation », a déclaré Emmanuel Macron, selon l’AFP. Il s’est ensuite rendu à Saint-Pol-de-Léon pour y visiter un supermarché Super U. Le déroulé de l’après-midi n’a pas enchanté l’Association nationale des industries alimentaires. Son président a regretté que la visite n’ait pas été étendue à une entreprise agroalimentaire bretonne. La Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) a, quant à elle, exprimé sa colère concernant certains propos du chef de l’État et du choix de l’exploitation visitée.

Alexis Marcotte