Avec l’installation de 21 nouvelles fermes bio par jour de janvier à juin 2016, ce mode de production connaît un rythme de « croissance historique », a commenté, mercredi 21 septembre, le directeur de l’Agence bio, Florent Guhl, lors d’un point presse.

+ 30 % de lait bio

Le secteur compte désormais 31 880 producteurs, soit un taux de conversion en hausse de 10 % par rapport à la fin de 2015. Et les terres qui lui sont consacrées devraient dépasser « d’ici à la fin de l’année », la barre de 1,5 Mha.

Si, comme en 2015, la filière des grandes cultures conserve la palme des conversions bio, la plus grande progression est enregistrée par les éleveurs de bovins laitiers : « La filière attend un développement de 30 % de la collecte de lait bio d’ici à 2018 », a expliqué le président de l’Agence bio, Didier Perréol.

Avec une progression de 20 % par rapport à 2015, le marché du bio pourrait atteindre 6,9 Mds€ en 2016. Mais, malgré l’essor, l’agence a confirmé que l’agriculture biologique n’avait pas non plus été épargnée cette année. « Nous nous attendons, en grandes cultures, à des rendements inférieurs de 40 ou 50 % », a estimé son président.

Pour mieux accompagner les producteurs, l’Agence bio a annoncé, par ailleurs, réfléchir avec l’établissement France­AgriMer et l’Inao (Institut national de l’origine et de la qualité) à la création d’un observatoire de la formation des prix et des marges. Même si « sur certains produits phares, comme le lait, une observation des prix existe déjà et leurs résultats pourraient être rendus en 2017. »

Rosanne Aries