La France peut, et doit, faire appliquer l’article 44 de la loi alimentation. C’est ce qu’a rappelé Bernard Lannes, président de la Coordination rurale, à une vingtaine de députés présents, le 4 février, lors d’un débat à l’Assemblée nationale. Cet article prévoit d’interdire l’importation de denrées agricoles qui ne sont pas produites avec les mêmes contraintes que dans l’Hexagone.

« Pour les cerises traitées avec du diméthoate, la France l’a fait. Elle a interdit leur importation », souligne Bernard Lannes, indiquant que l’État peut appliquer les mêmes mesures d’urgence à d’autres produits. A plus long terme, la CR demande la mise place d’une exception agriculturelle au niveau européen. Il s’agit d’une revendication de longue date du syndicat, qui milite pour la mise en place « des clauses miroirs au sein des accords internationaux », pour mettre en œuvre une réciprocité totale des normes. La CR propose également la création d’une commission spéciale pour travailler sur le sujet.

Marie Salset