«J’ai retrouvé des vautours fauves en train de manger un veau de trois mois, alors que celui-ci était en pleine forme quelques heures plus tôt », se désole Régis Chardaire, à la tête de 140 vaches à Curières, dans l’Aveyron. Lors de sa visite quotidienne sur l’estive de Costes, l’exploitant s’étonnait bien de la présence des oiseaux en grand nombre sur les monts de l&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
45%

Vous avez parcouru 45% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Veaux

Les prix sont en baisse

Si la demande des intégrateurs est stable pour le moment, un recul des mises en place est planifié dès la semaine prochaine pour limiter les sorties de février. Les expéditions vers l’Espagne, impactées par les fortes chaleurs et la consommation en berne sur le marché intérieur, conduisent à un commerce assez déprimé.