Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La sécheresse gagne du terrain

réservé aux abonnés

 - -->
En juillet, au niveau national, la pousse de l’herbe est en recul de 10 points par rapport à son niveau de référence. © Cédric Faimali

Les fortes températures et le manque de pluie assèchent les sols dans de nombreuses régions de France. Pour les cultures de vente comme pour les productions fourragères, l’inquiétude monte.

Méteo France annonce le mois de juillet le plus sec depuis 1959, avec seulement 28 % des valeurs normales entre le 1er et le 28 juillet. Ce déficit de pluie touche plus particulièrement les régions du Sud-Ouest à la vallée de la Loire et au nord-est. Résultat, au 3 août 2020, 68 départements étaient concernés par des mesures de restrictions d’eau, avec au moins un arrêté de limitation des usages. Parmi eux, 22 comportent des zones en état de crise, avec arrêt des prélèvements non prioritaires y compris à des fins agricoles. C’est le cas en Bourgogne Franche-Comté, dans le Centre- Val de Loire, les Pays de la Loire et le nord de la Nouvelle-Aquitaine et de l’Occitanie. La Haute-Vienne est en crise sur tout son territoire. Cette sécheresse estivale complique d’ores et déjà les préparations de sol et les semis de colza. Et entame le potentiel de remplissage des maïs grains qui souffrent aussi des fortes chaleurs, tout comme le tournesol. Pour les maïs fourragers, les ensilages pourraient débuter « à partir du 20 août, voire avant si le déficit hydrique persiste », estime Arvalis, le 24 juillet.

Avec des conditions chaudes et sèches en juillet, les plants « commencent à souffrir d’un manque d’eau dans les parcelles plus superficielles­, notamment dans les régions où le mois de juin a également été peu arrosé (Nord-Picardie, Haute-Normandie) », souligne l’institut technique. Du côté de la pousse de l’herbe, la situation n’est guère plus réjouissante. Selon l’Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, plus de 40 % des régions fourragères sont défici­taires, et 25 % présentent un « déficit important ».

À l’échelle nationale, la production d’herbe est en recul de 10 points en juillet 2020, par rapport à son niveau de référence à cette période.

Exploitation des jachères

Dans ce contexte, le 31 juillet, le ministère de l’Agriculture a autorisé les éleveurs situés dans les zones les plus touchées par la sécheresse à utiliser les jachères pour produire du fourrage. Au 4 août, 47 départements étaient concernés. Une demande par courrier auprès de la DDT (1) est nécessaire. « Les jachères déclarées en tant que surface d’intérêt écologique (SIE), même fauchées ou pâturées, pourront continuer à être comptabilisées comme SIE pour l’octroi du paiement vert », précise le ministère.

I. Escoffier et V. Guyot

(1) Direction départementale des territoires.

Retenues d’eau plus faciles ?

Interrogé sur Europe 1 le 31 juillet, le ministre de l’Agriculture a indiqué vouloir « simplifier un peu les procédures » pour construire des retenues d’eau afin de permettre aux agriculteurs de faire face aux sécheresses, en stockant l’eau l’hiver. Déplorant la « palanquée de recours toujours plus forts » des associations environnementales, Julien Denormandie estime aussi que « c’est le dialogue qui permet de balayer les inquiétudes des uns et des autres ».

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza en hausse sur Euronext dans le sillage de l’huile de palme

Les cours du colza étaient en hausse vendredi 23 juillet 2021 sur Euronext, entraînés par la forte progression de l’huile de palme plus tôt dans la journée.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !