A l’annonce du nouveau plan d’aide à l’agriculture par la Commission européenne, le 18 juillet, les syndicats ont rappelé les risques de la crise laitière pour le prix de la viande. Car ce qui menace la filière, c’est une réforme massive des vaches laitières, et une réorientation des producteurs de lait vers l’élevage allaitant. Il est d’ailleurs écrit noir sur blanc, dans ce nouveau paquet de mesures d’urgence, que la crise laitière doit aussi être analysée au regard de l’effet collatéral qu’elle pourrait avoir sur le secteur de la viande bovine.

Dans un communiqué publié le 20 juillet, la Coordination rurale assure que l’enveloppe « ne va constituer qu’une opportunité pour des éleveurs laitiers qui ont déjà décidé d’arrêter ». Quant à la Fédération nationale bovine, si elle se félicite de la prise en compte de la viande bovine dans le plan de soutien européen, elle rappelle, néanmoins, que la priorité est avant tout de redresser les cours.

Hélène Chaligne