Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Il est urgent de trouver une solution »

réservé aux abonnés

 - -->
La demande de la CR d’une aide forfaitaire à la vente s’est soldée par un « refus catégorique » du ministre de l’Agriculture. © J.-C. Gutner

Alors que le marché du jeune bovin est en voie d’être assaini, les cours restent à de bas niveaux, et les syndicats agricoles s’impatientent.

Il n’y a « plus aucune excuse pour justifier les prix, inférieurs d’environ 1 euro au coût de production des éleveurs, toujours pratiqués par les acheteurs », estime la Fédération nationale bovine (FNB) dans un communiqué publié le 19 janvier. Elle appelle l’interprofession du bétail et des viandes à « convoquer en urgence » les opérateurs pour une réunion de crise. Devant ce nouveau « dysfonctionnement de marché », l’association spécialisée de la FNSEA somme les acheteurs abatteurs coopératifs et privés de jeunes bovins « d’expliquer l’inexplicable » aux éleveurs, « dont l’avenir est directement lié à celui de leurs entreprises ».

Demande d’aides retoquée

Dans une lettre ouverte adressée au ministre de l’Agriculture, la Coordination rurale (CR) déplore, quant à elle, le refus du pensionnaire de la rue de Varenne de débloquer une aide forfaitaire pour la commercialisation de jeunes bovins et de broutards mâles. Le syndicat regrette « l’absence de contre-proposition » de la part de Julien Denormandie et rappelle qu’il est « urgent de trouver une solution dans l’intérêt des producteurs ».

Lucie Pouchard

Les stocks se résorbent

Dans son suivi des sorties réelles et attendues de jeunes bovins (JB) de type viande, l’Institut de l’élevage (Idele) faisait état, au 3 janvier 2021, d’un stock de 3 000 têtes en élevage, contre 13 000 le 1er novembre 2020. Pour autant, la remontée saisonnière des prix a été « tardive et très timide ». En décembre, les cours des JB U et R ont repris 4 centimes, pour s’établir à respectivement 3,82 € et 3,68 €/kg de carcasse, très en dessous de leur niveau de 2019. « La cotation du JB O n’a gagné que 2 centimes, à 3,22 €/kgc, en fin de mois », note l’Idele le 13 janvier.

Votre analyse du marché - Bovins maigres

Marché fluide

La fluidité commerciale est assurée par les faibles volumes mis en marché, après une semaine dédiée aux moissons et au ramassage de l’herbe.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !