Les exploitations de moins de 50 salariés qui n’ont pas eu accès au prêt garanti par l’État dans des proportions suffisantes pour résoudre leurs difficultés liées aux conséquences de la crise peuvent prétendre à un prêt participatif allant jusqu’à 20 000 €. Sont éligibles les exploitations qui justifient de perspectives réelles de redressement et qui ne sont pas concernées par une procédure collective d’insolvabilité. Elles doivent être à jour de leurs obligations fiscales et sociales ou, s’il y a lieu, avoir obtenu un plan d’apurement du passif fiscal et social constitué. Le prêt a une durée de sept ans et admet un différé de paiement du capital de douze mois à partir du décaissement.

D’autres mesures de soutien sont entrées en vigueur. Elles visent les entreprises et coopératives alimentaires et certains producteurs agricoles qui travaillent majoritairement avec la restauration hors domicile. Ces derniers pourront bénéficier, sous conditions, d’aides similaires à celles allouées à leurs clients.