Alors que l’accord du traité de libre-échange avec le Canada (Ceta) s’applique en France, le gouvernement s’interroge sur la façon de mieux contrôler les importations. Il défend la mise en place d’un observatoire européen des risques sanitaires et évalue l’opportunité de créer un comité de suivi national réunissant les directions générales de la concurrence et de l’alimentation, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, ainsi que les organisations agricoles. L’actuel programme français de surveillance des produits d’origine animale importés devrait par ailleurs être renforcé en 2020, selon le ministre de l’Agriculture. Aujourd’hui, seuls 6 containers sur 5 000 importés sont contrôlés, selon la Coordination rurale. Le syndicat estime par avance, que l’augmentation de l’échantillonnage ne permettra pas à la France de vérifier toutes les importations.

R.A.