Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

20 000 ha détruits

réservé aux abonnés

 - -->
La compensation financière est versée aux agriculteurs dans un délai de «deux mois maximum», selon Bayer. © C.Thiriet

Les surfaces concernées par la contamination du colza DK Exception avec un OGM se révèlent plus importantes qu’initialement prévu.

Environ 98 % des parcelles de colza DK Exception concernées par la présence fortuite de 0,005 % d’OGM (1) sont désormais détruites, expliquait le 19 mars Catherine Lamboley, directrice des opérations chez Bayer Crop Science, qui commercialise cette variété Dekalb. Au total, « on se rapproche des 20 000 hectares », confie-t-elle. Contre 8 000 hectares chiffrés au départ, sur la base des doses de semences distribuées. Il fallait s’attendre à ce que les surfaces de colza non conformes à détruire soient plus importantes, si l’on prend en compte les mélanges de variétés au sein des parcelles, les fonds de semoir non nettoyés…

Si la quasi-totalité des 900 agriculteurs concernés ont signé le protocole de destruction et de contrôle des repousses, seuls 80 % ont accepté l’accord de compensation financière avec le distributeur et Dekalb, même sous sa dernière version. « Une rencontre a été organisée la semaine dernière pour répondre aux incompréhensions des agriculteurs », précise Catherine Lamboley. Elle rappelle qu’une cellule nationale a été mise en place pour étudier les cas particuliers et indemniser au-delà des 2 000 euros par hectare prévus, sur la base de justificatifs (problèmes de rotation, perte de prime Pac, MAEC, perte de paille pour la litière des animaux, différentiel de rendement important…).

Isabelle Escoffier

(1) Lire La France agricole du 15 février 2019, page 26, et du 22 février 2019, page 24.

Des contrôles

Deux types de contrôles sont prévus après la destruction des colzas non conformes.

Le SRAL (Service régional de l’alimentation) réalise des contrôles officiels aléatoires. Une trentaine ont déjà été effectués, tout était conforme au protocole. Dekalb vérifie, de son côté, les parcelles de colzas qui étaient très développées.

Arnaud Rousseau, président de la Fédération des producteurs d’oléagineux, demande à l’Etat « de donner des garanties aux agriculteurs lorsque le travail de destruction a été bien fait, pour éviter tout litige ultérieur ».

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza toujours plus haut, au-delà de 610 euros la tonne sur Euronext

Les prix du colza atteignaient un nouveau sommet, le mercredi 22 septembre 2021 dans l’après-midi sur le marché européen, dopés par une demande mondiale très soutenue.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !