Dans un avis publié le 3 novembre, l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) a indiqué 40 risques à l’égard du bien-être des bovins susceptibles de survenir à l’abattoir. Depuis l’arrivée des animaux sur site jusqu’à leur mise à mort, « le personnel a été identifié comme étant à l’origine de 39 risques, qui pouvaient être attribués au manque de compétences appropriées pour effectuer les tâches ou à la fatigue », constate l’Efsa.

Former les salariés

Le comité d’experts, qui a émis au total 27 recommandations techniques pour préserver le bien-être des bovins lors de l’abattage, insiste sur la nécessité de former les salariés. Il estime que c’est une « mesure clé de prévention ».

Lucie Pouchard

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Recul de la demande sur les pièces « arrière »

L’activité commerciale reste assez régulière sur le marché du vif, bien que les industriels observent un recul des commandes dans les pièces « arrière ». Le prix des aloyaux se replie, mais cette baisse n’est pas compensée par une plus-value sur les avants. Les abatteurs, qui ont moins de difficulté à s’approvisionner, commencent à mettre la pression sur les prix des laitières. La demande est également plus calme dans le domaine des allaitantes, mais la modestie de l’offre permet de maintenir les cours.