Dans sa nouvelle campagne de communication lancée le 22 avril, L214 s’en prend aux élevages de poules pondeuses élevées au sol, considérés comme « la fausse alternative aux cages aménagées ». En réponse à l’association antispéciste, Maxime Chaumet, secrétaire général du Comité national pour la promotion de l’œuf (CNPO), réaffirme notamment que la présence de litière est obligatoire, que l’état des animaux est surveillé quotidiennement et que le phénomène de picage est complexe et multifactoriel.

« L’élevage au sol est souvent la seule alternative pour les éleveurs qui arrêtent les cages aménagées, faute de foncier disponible », relève également le responsable interprofessionnel, qui estime que la compétitivité des élevages français et l’autonomie alimentaire du pays pour les œufs doivent aussi être prises en compte. Et ce, « d’autant plus que les consommateurs sont au rendez-vous. »

A. Courty